Extrait d'Une fuite en Égypte, Philippe De Jonckheere, 2004

c'est un foutoir sans nom dans le garage ; tout y est accumulé ; de fait sans ordre ; mais aussi sans souci flagrant de classification ; le rangement aléatoire était une forme de désordre ; la machine à laver le linge côtoie à la fois ma caisse à outils et jouxte aussi une vieille armoire sans style ; les rayonnages de laquelle sont eux-mêmes combles d'une étonnante diversité ; piscine gonflable pour les enfants ; davantage d'outils ; accessoires de barbecue confondus ; sur le fait de cette armoire fourre-tout est posé mon arc et sûrement quelques flèches dans leur carquois noir ; mais à vrai dire ; je sais pertinemment que la cible et les blasons sont remisés tout à fait ailleurs ; en compagnie des vélos pour être précis ; au-dessus des bicyclettes ; sur une étagère ; supportant une boîte en bois ; ayant contenu du vin ; mais qui désormais accueille ; certes des démonte-pneus ; des rustines du papier abrasif et de la colle forte pour le caoutchouc ; mais aussi des pots de confiture vides et des ampoules de rechange ; derrière cette caissette ; qui la retient en équilibre ; la cible et au-dessus d'elle quelques blasons roulés sur eux-mêmes ; les vélos sont ; eux ; garés contre une demi-douzaine de cartons à dessin dans lesquels sont serrés des croquis d'un autre temps ; notamment des dessins d'observation d'après des plâtres du temps où j'étais étudiant aux Arts Décos ; je dois avoir une dizaine de versions différentes de la Fuite en Egypte d'après la tête de chapiteau de la cathédrale d'Autun ; tous ces cartons à dessin ne sont cependant pas posés contre mon chevalet ; lequel se tient debout devant des rangées de conserves ; il faut parfois passer la main au travers du chevalet pour atteindre un bocal de tomates ; et parmi ces réserves on trouve notamment des pièces de rechange laissées là par le réparateur de la machine à laver le linge ; au cas où ; m'avait-il dit ; en m'expliquant comment démonter le carter de la machine et atteindre les deux vis qui permettaient de déposer la pièce défaillante et donc de la remplacer ; la pièce de rechange ; sorte de long flexible en plastique est posée là même où le réparateur l'a laissée dans son emballage protecteur ; d'autres étagères voisines croulent au contraire sous des cartons qui n'ont pas été ouverts depuis le dernier déménagement ; cartons qui renferment un bric-à-brac ; décrit pudiquement sous l'appellation divers inscrite au feutre sur ces cartons ; deux autres cartons boursouflés sont labellés paille qui contiennent eux toutes sortes de paperasses administratives ; reçus et garanties d'articles jetés depuis ; comme le téléviseur précédent qui avait vécu ; mais aussi mon diplôme des Arts Décos et des carnets de notes du lycée ; au bas de cette batterie d'étagères sont couchées quelques bouteilles de vin ; une vingtaine ; aucune qui soit un grand cru classé ; mais du vin de qualité tout de même ; des vins récents malgré tout ; se relevant après avoir choisi une bouteille pour le repas ; un corbières pour un plat de paella ; on se cogne souvent sur l'arrête d'une caisse en bois qui abrite toute une visserie ; elle parfaitement triée dans des compartiments que j'ai aménagés avec soin ; sans doute un jour avais-je décidé de conjurer le désordre de tout ceci ayant du chercher en vain une vis cruciforme de 40 et non des vis plates de toutes tailles qui gisaient au fond de ma caisse à outils ; dans l'angle du mur voisin sont debout un râteau ; une bêche ; une bine ; mais aussi deux balais en paille de riz ; une tringle à rideau désormais inopérante parce que voilée et un embout souple d'aspirateur ; celui d'un modèle antédiluvien que j'avais un jour tenté d'adapter à l'aspirateur actuel ; récemment acquis ; mais sans vrai succès ; des cadres calés les uns contre les autres contre le mur adjacent ; certains vides ; d'autres contenant encore des photographies de la dernière exposition de mes travaux en date ; des images de cercles dans l'eau ; de ces ronds concentriques qui trouent la surface d'une étendue d'eau à la chute d'une pierre ; photographies contemplatives qui n'ont pas connu le succès escompté ; toutes invendues ; donc toutes posées là ; sur le dessus du congélateur trône nonchalamment une corbeille de linge sale archicomble et un paquet de lessive en poudre éventré ; un petit meuble dont les tiroirs sont remplis de cassettes audio ; essentiellement du jazz avec une prédilection appuyée pour les trios de pianistes et aussi pour toute la période Impulse de John Coltrane ; une chatte n'y aurait pas retrouvé ses petits ; je navigue cependant aisément dans cette accumulation sans ordre ; m'appuyant davantage sur ma mémoire visuelle que sur toute logique pour y retrouver quoi que ce soit ; j'ai refermé la porte du garage ;