Quand mon ami chinois, Liu Sian venait à Paris nous allions voir son ami chinois Cheng Cheng, dont je ne sus jamais lequel de ces deux noms étaient son nom de famille et lequel était son prénom. Cheng Cheng était peintre aussi, encore que de peinture il fut malcommode de parler puisque le travail pictural de Cheng Cheng consistait surtout en des collages, des associations et des juxtapositions d'éléments préexistants. Chez Cheng Cheng, avec Cheng Cheng et Liu Sian, nous buvions toujours à l'excès, jusqu'à l'ivresse. Cheng Cheng, en hôte parfait remplissait toujours nos verres de généreuses rations mais nous les vidions avec persévérance . Nous vidions nos verres sans défaut, nous buvions les coups à tout coup, sans accoup, en un mot nous buvions comme des trous. A chaque nouveau verre, à chaque nouvelle rasade, Cheng Cheng levait son verre et disait chin-chin. Et à notre plus grande hilarité d'ivrognes, Liu Sian et moi répondions toujours chin-chin Cheng Cheng.

Chapitre suivant