l'illettrisme gagneront du terrain, les livres n'auront pas à être bannis, ils seront tout simplement désertés — des intellectuels survivront qui continueront de militer pour la révolte. Ce combat, contre toute attente, ne sera pas poursuivi, mais au contraire toléré, sans cesse confiné à une vie souterraine et essentiellement en ligne, le miracle de la liberté d'opinion sur internet perdurera et serivra de prétexte démocratique aux régimes les plus totalitaires, mais il sera admirablement surveillé par des outils de veille à la précision continuellement perfectionnée. Il sera fait également de ce combat politique sans incidence une inattendue fructification, les fournisseurs d'accès vendant à petit prix la totalité de ces textes à la fois virulents mais sans portée réelle, résidents sur la mémoire de leurs serveurs informatiques et dont l'analyse statistique, notamment sur le nombre d'occurrences de certains mots et locutions, permettra à des sociétés de marketing de cultiver ces zones de récupération de cette rébellion textuelle. Tout un chacun sera plus ou moins tenu de mettre à jour un blog. Pareillement l'écriture de ces journaux non intimes sera commercialisable pour ce qu'elle recèlera, statistiquement, de désir matériel latent, et donc analysable et mercantilement exploitable. Derrière une langue de plus en plus pauvre, celle des blogs, se cachera l'avancée inexorable de l'ignorance ; seront vite remisés au domaine de l'ennuyeux des textes majeurs de l'histoire de l'Homme, on proposera des versions compressées de la littérature russe du XIXème siècle. Dans les écoles les élèves retiendront péniblement des récitations d'haïkus. Dans les musées des séances de moqueries et même de lapidation des tableaux de Barnett Newman et d'Ellsworth Kelly seront régulièrement organisées, les tableaux de Jasper Johns seront littéralement pour cibles dans des compétitions de fléchettes : les musées feront désormais office de Luna Parks, au Louvre le visage de la Joconde et celui des autoportraits de Rembrandt seront découpés, les touristes du monde entier pourront y mettre leur visage et se faire prendre en photo, laquelle leur sera immédiatement envoyée par email, qu'ils recevront sur leurs téléphones portables. Des lectures publiques de Derrida, de Deleuze et de Debord seront interprétées par des clowns, des singes habillés et même des présentateurs de télévision. Et il y aura de véritables concours de résumés de la Recherche du temps perdu de Marcel Proust, les prix seront systématiquement attribués aux femmes avec les plus opulentes poitrines. Dans les cinémas, les films sur support pelliculaire passeront désormais au rythme accéléré de 28 images par secondes, différence à peine perceptible par les plus aguerris des spectateurs, le vingt-huitième cadre fera office d'image subliminale, bien souvent pornographique. La vie sexuelle sera bientôt le fait unique de spécialistes dont les coïts seront enregistrés sur des supports dont la fidélité sera de plus en plus réaliste, donnant non ...(...)...

un peu au delà du point de vue de Dieu. Et Dieu le sait-il lui-même ?, ce qu'il va se passer.
Un ami juif m'a un jour expliqué qu'il ne croyait plus en la venue du Messie. Que si le Messie se décidait enfin à descendre parmi nous, il serait déjà trop tard.
Nous vivons et nous continuons de vivre pendant qu’il est trop tard.