Le Désordre dans tous ses états.

 




Cet embryon de site compte 73 fichiers, et franchement il ressemblait à tout ce que je n'aime pas qu'un site soit.


...



Au tout début du désordre, j'avais noté dans un carnet, dont la couverture était faite d'un beau papier vergé sur lequel étaient imprimées des gravures colorées de canards, toutes les idées et les éléments que je souhaitais faire figurer dans le site. Ensuite avec l'option de composition de pages de mon navigateur, je construisis quelques pages un peu à la va-vite, davantage pour me familiariser avec la pratique des liens hypertextes, et aussi avec l'insertion des images (dont je trouvais que c'était là une fonction particulièrement retorse, appréhension qui se vérifia longtemps), que pour composer véritablement des pages que je trouvais d'ailleurs fort laides. Je reproduis ici l'embryon du site, les liens d'alors débouchant sur les pages de maintenant, ce qui permettra parfois de mesurer ...l'heureuse évolution.

L'école de patience. Le site comporte 1239 fichiers ( tous dans le même dossier, je découvrirai plus tard que le nom que je donne alors à mon site est prémonitoire et comment il est mal pratique d'évoluer dans ce fourre-tout ). La première tentative de publication est un fiasco. Après quatre tentatives de publications à 56k toutes interrompues aux trois quarts du chargement et toutes à reprendre, mon logiciel de FTP d'alors était d'une médiocrité sans nom. Je finis par transmettre le paquet entier. Je me rue alors à l'adresse http://desordre.free.fr pour découvrir qu'il n'y a rien, oui rien. Je suis paniqué, je téléphone au service d'aide en ligne de free.fr pour leur demander d'où vient le problème, docte, je leur demande même s'ils n'auraient pas des fois un lézard sur leur serveur, pensant que le jargon les rangera tout de suite à ma cause: une jeune femme se penche mollement sur mon cas, je l'entends soupirer, un « c'est quoi ce bordel? », je lui demande si elle veut parler de mon petit désordre dont je suis très fier, et là elle m'assène le coup de grâce: « mais Monsieur avec des noms de fichiers pareils ça ne pourra jamais marcher. » « Mais Mademoiselle puisque cela fonctionne sur mon disque dur »  « MaisMonsieur là vous n'êtes plus sur votre disque dur, il est où votre fichier index? » « Quel fichier index? » « Et là, c'est quoi ce fichier « Saint-Sébastien passe un sale quart d'heure à Puiseux-en-Bray.html » ?» « Ben je n'ai le droit d'appeler mes fichiers comme je veux? ». On ne se sent pas très à la hauteur, et on se dit que c'est encore tant mieux que la jeune femme de free.fr au téléphone n'ait pas vue la version des petits canards. Je finis par comprendre mon erreur et je crus bien que j'allais tout planter là. Deux semaines plus tard, réalisant que j'avais travaillé six mois sur ce foutu merdier, j'allais maintenant consacrer toutes mes énergies, à faire en sorte que cela fonctionne. Je rebaptisais donc mes 1200 fichiers ( je gardais cependant quelques vieilles habitudes: le_reve_de_la_femme_funambule.html, on ne se refait pas ) et puis un à un je reprenais leur code modifiant chaque lien un à un HREF=«tryptique allant des pieds d'Anne à son sein.html» devient plus ergonomique: HREF=«tryptique_pieds_sein.html», personnellement, je trouve que l'on y perd beaucoup mais je ne peux pas non plus me battre contre la terre entière.  


Le site comprend donc 1239 fichiers dont les noms bravent toutes les nomenclatures en vigueur dans l'informatique, majuscules, blancs et accents. Tous ces fichiers sont tous entassés dans le même répertoire, l'enfant a bien failli ne pas naître. Et quand il finit par voir le jour, le bébé était vraiment d'une laideur repoussante, l'insertion des images demeurait une rude épreuve pour mes nerfs et pour les yeux de mes lecteurs.



Nette amélioration dans les mises en page...



Le chemin de croix se poursuit, j'apprends que pour le référencement dans les moteurs de recherche il faut insérer soi même des lignes absconses de code dans l'html de tous les fichiers. Je les donne ici pour éviter à d'autres pareille mésaventure:

<META NAME="DESCRIPTION" CONTENT=" ce site a &eacute;t&eacute con&ccedil;u dans la douleur, je ne vous souhaite pas de vivre les m&ecirc;mes affres, amicalement, Philippe De Jonckheere">

<META NAME="KEYWORDS" CONTENT="putain, merde, bordel, saloperie, mille sabords, putain encore, mais ce putain de bordel est con&ccu pour me faire chier ou quoi, etc, etc">

<META NAME="robots" CONTENT="all">

... Après ce nouveau parcours d'endurance à reprendre le petit millier de fichiers, je republie tout pour découvrir qu'à laide de la fonction « insertion d'un tableau », je devrais pouvoir faire un peu de mise en page, nouvelle reprise des fichiers un à un.

Deux étapes importantes, la première, mon entêtement finit par lâcher prise: ma page d'accueil n'est pas accueillante, on me le repète assez, ( cliquer sur le bouton pour s'en rendre compte ). Je mets donc de l'eau dans mon Saint-Emilion et me casse beacoup la tête pour faire des petits casiers à rubriques sur la nouvelle page d'accueil, davantage respectueuse des us en vigeur dans le milieu connecté ( par exemple on peut enfin m'écrire sans chercher partout le « mailto:desordre@desordre.net» ) . La deuxième étape, je crée le premier site dans le site avec les pages à propos de Robert Frank, ce faisant je découvre les vertus des sous-répertoires...

 

...


Le site comporte 2219 fichiers réunis dans deux réperoires ( 3 décembre 2001 )

 





Les pages à propos de Robert Frank comporte 284 fichiers. Malgré son apparence bien rangée et ses liens sans surprise ( à la différence d'autres parties du site plus espiègles ), la construction qui permet en fait de toujours retomber sur l'extrait de texte que le lecteur était en train de lire est en fait labyrinthique.

 

Complétement chinois ce truc-là: le dossier sur les règles du Mah Jong aura coûté quelques efforts de mise en page, et une après-midi ou presque fut perdue dans le choix de la nuance de rouge ad hoc pour la typographie. ( <FONT COLOR="#b84700"> ) Un jour chez un ami, consultant ces pages sur son ordinateur, j'ai pu voir que ces efforts avaient été ridicules tant les écrans de tous sont très diffèremment calibrés: des goûts et des couleurs... Je remercie ici chaudement Yan Billik pour son site à tous points de vue remarquable, et si vous êtes comme moi un peu tatillon sur la couleur, le logiciel la boite à couleur est pour vous.

Le site compte désormais 2629 fichiers regroupés dans cinq répertoires, nous sommes le 14 mars 2002

 



 

On ne rit plus, nous sommes le 21 avril 2002, Le Pen est présent au second tour. En rentrant tard du travail je passe deux bonnes heures à composer une page noire en index. D'autres en ont fait autant, François Bon sur www.remue.net, LL de Mars sur www.le-terrier.net, mon collègue Jacques sur le site d'Echolalie (www.echolalie.com).

Deux jours plus tard je passe devant les Arts Décos, rue d'Ulm et je constate aux affiches sur les murs de l'école que les étudiants d'aujourd'hui n'ont rien à envier à leurs aînés de 1986. Un slogan dit: Juifs, Musulmans et chrétiens, le 5 mai on va tous bouffer du porc.

 

Société des gens de Lettres, article dans Libération et jouebblog: le site compte désormais 3446 fichiers (cette page incluse) répartis dans douze répertoires. Il est en ligne depuis un an. Il a reçu le prix Multimédia de la Société des Gens de Lettres, la publicité amicalement tapageuse de François Bon autour de la page de tentative d'épuisement de Tentatiuve d'épuisement d'un lieu parisien de Gerges Perec ( et ses 800 liens qu'il faut reprendre tous les trois mois ) n'y est surement pas pour rien. De ce fait j'ai eu droit à un article ( élogieux, ils ont peut-être un peu vieilli à Libé ) dans Libération. Et depuis le 5 mai 2002, le site a son bloc-notes où je tiens la chronique et le journal du temps et de l'humeur qu'il fait à Puiseux-en-Bray, dans le département de l'Oise.




La page d'accueil du site change, convaincu que je ne fais plus rire personne avec la page de l'appareil-photo sur le viseur duquel il faut cliquer pour entrer, les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, celle là avait été interminable, et pas très drôle. Et tout finit toujours par s'enchevêtrer dans un désordre impeccable

Quelques extraits du mail que j'ai envoyé à L.L. de Mars, après ma première visite: « Merci L., je peux enfin visiter mon petit capharnaüm, comme si, en quelque sorte, je n'en étais plus l'auteur — ce qui est exactement cela. Lorsque j'essaye de visiter le désordre pour éprouver certaines sensations que je prête à ses visiteurs, je bute rapidement contre les limites immédiates de cette tentative vouée à l'échec, connaisant comme personne ces chausse-trappes (et pour cause je suis le braconnier de cette garrigue), au même titre connu des joueurs d'échecs en manque d'adversaires, qu'il n'est pas possible de jouer raisonnablement contre soi (contrairement à ce que Zweig laisse entendre dans son Joueur d'échecs ), ou comme les écrivains ne peuvent pas se lire, Noli me legere ( cf Blanchot dans l'Esapce littéraire ) ... (...)... Toutes ces images et ces textes qui se succèdent sans crier « Gare! » et qui cependant font presque systématiquement sens, demeure le plus étonnant à mes yeux dans cette affaire, à croire que si d'aventure on faisait aléatoirement se cotoyer deux images aux voisinages impensables, un pont finirait toujours par se construire, une pensée, effrayante, presque, pour ce quelle tient de possibles, et dont j'ai toujours eu l'intuition, mais jamais une aussi flagrante démonstration ... (...)... Je suis ébahi par autant de minutie et d'ingéniosité, ce dont je doute vraiment que je sois digne. »

 

 

Une mutation du désordre dont je ne suis pas entièrement responsable: LL de Mars ( dont vous devez impérativement visiter le Terrier http://www.le-terrier.net ) vient de construire un labyrinthe dont les méandres se superposent et s'intercroisent avec ceux du désordre, une relecture à la fois pertinente et fidèle du désordre. C'est évidemment une grande joie de savoir qu'un pair a cheminé en mettant ses pas dans mes pas, en toute confiance.

 

Pour la nouvelle année 2003, je concocte 135 cartes de voeux (pour autant d'abonnés à la liste de distribution du Désordre — le 28 décembre 2002, vous étiez 135 à recevoir mes bulletins), en reprenant les Voeux célèbres de Georges Perec. Chacun reçoit une adresse directe qui aléatoirement le conduit à un des 135 voeux.

 

Le site comprend désormais 4753 fichiers (le fichier image ci-dessus compris 2003.jpg) répartis dans 142 dossiers et sous-dossiers. Il pèse désormais 85 megs. L'appareil photo numérique fait également son entrée dans la composition de ses pages et notamment une nouvelle rubrique: "la Vie".

 

 

 

 

Le 23 janvier 2003, il n'est plus temps de vous présenter mes voeux, la page d'accueil change.

 

 

Horreur: la collection d'André Breton est dispersée aux quatre vents, l'association remue.net jete toutes ses forces dans la bataille pour tenter d'éviter l'irréparable, le site Désordre et l'association l'Entretenir à Saint-Dizier s'associent à cette lutte, mais en vain, le dépeçage a finalement lieu, ce que François Bon appele "l'insulte à la beauté".

 

 

 

9 avril 2003: Un jugement à l'emporte-pièce de free.fr qui confond l'expansion de mon site avec celle des sites de l'Entretenir et de Barbara Crane les conduit à supprimer de leur serveur tous les fichiers du site. Je bricole en tout hâte une page index pour rassurer tout le monde, le désordre existera bientôt ailleurs: www.desordre.net, jeu de mots troué aux mites, mais même dans l'adversité, on ne se refait pas.

 

12 avril 2003: Tout rentre dans l'ordre, si vous me passez l'expression, le site est désormais hébergé professionnellement par online.fr (c'est tout moi, qui radicalement voulait absolument partir de free.fr, réflexe vengeur, et qui donc s'inscrit pour un hébergement payant et quand la note est réglée de m'apercevoir que online.fr et free.fr, c'est bonnet blanc et blanc bonnet) à l'adresse www.desordre.net, visiteurs amis, vous en prenez désormais pour 250 megs

 

 

 

Le site comprend désormais 5362 fichiers (le fichier image ci-dessus compris 2003.jpg) répartis dans 152 dossiers et sous dossiers. Il pèse désormais 108 megs.

 

26 juillet 2003 : La Cible , un feuilleton à suivre soit en épisodes envoyés par mail soit par blog. Début du feuilleton, le 26 juillet 2003, fin du feuilleton à la fin de l'année 2003, entre Noël et le Jour de l'An, au moment de la trève.

S'abonner gratuitement s'entend et recevoir chaque jour les épisodes de la Cible

 

 

30 octobre 2003: Première applet java dans le site. Mon ami Julien Kirch, programmeur, vient de me prêter main forte pour réaliser un vieux rêve: construire un jeu de Memory en ligne, et à vrai dire pourquoi s'arrêter à un seul, pourquoi pas 51 jeux de memory. Où l'on apprend comment ce jeu de l'enfance a d'une part conditionné mon regard et ma mémoire, mais me permet aujourd'hui, une fois encore avec l'aide précieuse de Julien, de composer une image très fidèle de moi-même. Du fond du coeur, remerciements à Julien, et aussi à mon cousin Raymond Desodt pour quelques considérations mathématiques dans lesquelles lui seul peut voir un peu clair.


 

Le site comprend désormais 12498 fichiers répartis dans 289 dossiers, le site dans le site concernant le jeu de Memory comprend à lui tout seul 5295 fichiers répartis dans 108 dossiers, il faut avouer que l'ergonomie n'est pas la vertu cardinale de ce site, ainsi dans la page d'introduction au jeu le fait de pouvoir changer aléatoirement la petite vignette en haut à gauche a nécessité, à soi tout seul, 2500 fichiers, pour un espace de 70X70 pixels, on peut trouver que c'est un peu gourmand en ressources.

Le site comprend désormais 12939 fichiers répartis dans 348 dossiers et sous-dossiers.

 

 

4 février 2004: parmi les résolutions de l'année nouvelle, celle de reprendre la maquette du site (de garder le même esprit, mais de changer un peu les choses), et la première étape dans cette métamorphose: rationaliser un peu l'arborescence du foutoir. Pour les visiteurs cela ne fait pas de différence, mais pour le constructeur, ça permet de s'y retrouver un peu dans toute la plomberie. Le site disparaît toute une nuit et devrait reparaître le lendemain matin. On retient son souffle tout de même.

 

Premier avril 2004: la page index change, cela risque d'être un poisson d'avril qui dure un peu. C'est une page d'accueil qui permet de trouver ce que l'on cherche, ce qui est assez inédit ici, et qui par ailleurs n'est jamais tout à fait la même à chaque fois que l'on s'y rend.

Le site pèse désormais 244 Megs, il compte 14035 fichiers rangés dans 381 répertoires.

 

2 avril 2004: je n'avais pas modifié ma page d'accueil depuis plus de 24 heures que je suis invité à rejoindre le rang des protestataires contre le projet de Loi d'économie numérique.

La Loi sur l'Economie Numérique telle qu'elle se profile me donne la nausée. J'oscille, comme toujours, entre penser à l'incompétence caractérisée de ceux qui ont écrit ce texte de loi, et dont on peut douter qu'ils se soient, ne serait-ce qu'une seule fois connecté sur internet, et au contraire la grande peur que notre gouvernement d'extrême droite soit de fait en train de durcir le ton.

Je me souviens que je me suis connecté pour la première fois sur internet en 1996, parce que j'avais lu, dans le Monde diplomatique, je crois, que l'on pouvait "télécharger", à l'époque ce verbe ne recouvrait rien de tangible pour moi, le texte intégral d'un livre interdit en France, le Grand Secret du professeur Gubler. Ce livre avait été interdit en France très peu de temps après sa mise en vente, par la veuve Mitterand qui avait réussi à le faire interdire au motif que le Professeur Gubler ne respectait pas le secret médical auquel il était, en médecin, astreint. Je n'ai jamais beaucoup aimé que l'on m'interdise de lire quelque chose. J'ai donc appris à me connecter, à rechercher, à "télécharger" et à imprimer ce document. J'habitais en Angleterre à l'époque et je me souviens que j'ai eu toutes les peines du monde pour rétablir les lettres accentuées avec mon clavier en QERTY.

Alors oui, aujourd'hui je voudrais protester contre ce projet de loi. Je m'associe donc à la ligue odebi pour attirer votre attention sur les dangers de cette loi. La page d'acceuil du Désordre est donc bloquée pour le moment.

J'en profite pour mettre en ligne le texte du Grand Secret, livre qui est toujours interdit en France.

 

 

Chinois (ma vie): un roman hypertexte accompagné d'une très belle applet java de Julien Kirch qui permet au lecteur d'égyer la lecture de ce roman de quelques parties de Tangram

 

 

 

 

 

Exposition d'Emmanuelle Anquetil à Montreuil, cela vaut bien une fenêtre de pop-up à partir de la page d'accueil du désordre pendant tout le week end.

21 août 2004: du désoeuvrement peut-être pas, mais tel un caprice l'envie de changer la page d'accueil, plus exactement de changer de photographies représentant du désordre.

Pour mémoire, le site pèse 717 megs, il comporte 21752 fichiers répartis dans 533 répertoires et sous répertoires et de grands changements se préparent.

 

 

6 décembre 2004: changement de page d'accueil, l'image de fond change, ce qui saute aux yeux, en revanche d'autres changements sont moins visibles dans les menus déroulants.

Le site compte désormais 24188 fichiers regroupés dans 614 dossiers et sous-dossiers et pèse 906 megs

 

 

10 janvier 2005, le site comporte désormais un Wiki qui permet de donner à voir comment les pages du site se conçoivent et s'élaborent, notamment dans la collaboration avec Julien Kirch

 

 

10 mars 2005: un franchissement important de la refonte du désordre, la page desordre.html à la racine du site n'est plus utilisée comme plaque tourante du site et elle n'est donc plus mise à jour à partie d'aujourd'hui

 

9 juillet 2005: Le bloc-notes change de maquette et de mode de fonctionnement (il passe sous SPIP), sa mise à jour est donc à la fois autonome et dynamique (ce qui veut surtout dire que si je fais une erreur, toutes les pages du bloc-notes empatiront, et non, jusqu'à maintenant quelques une seuelement, on n'arrête pas le progrès.)

 

13 novembre 2005: Au tout début de la construction du site était cette idée de donner à voir la table de travail. Et depuis le petit bureau de la grande maison de Puiseux-en-Bray, la table de travail a changé deux ou trois fois d'endroit, désormais c'est dans le garage que cela se passe. La refonte du site annoncée il y a deux ans presque, touche à sa fin et il était normal de finir par le garage.

 

22 novembre 2005: savez-vous?, mais il se trouve des gens pour râler contre le désordre de ce site, un comble!, mais j'ai tout de même décidé de les écouter (un peu), j'ai donc changé la page d'accueil qui accessoirement sert aussi de plan du site. A vrai dire je ne suis pas certain que cela ne finisse pas par rajouter un peu de confusion.

 

6 décembre 2005: le projet de loi DAVDSI qui risque fort d'être voté en décembre par le Parlement n'est pas du tout anodin, nefaisons rien contre l'adoption de ce projet et ce site pourrait assez bien ressembler à ceci.

 

15 novembre 2006: c'était sans doute trop simple comme cela, il y aura désormais dans la visite du désordre des interruptions taquines, n'allez pas vous imaginez de jolies jeunes femmes en maillot de bain, ou même sans, ce n'est pas le genre de la maison, mais bien plutôt, et ça c'est davantage le style un peu chinois de la boutique des puzzles de taquin à résoudre. Conscient que ce n'est pas la tasse de thé de tout un chacun, il ya toujours moyen de donner sa langue au chat et nul n'en saura jamais rien.

Les images de ces jeux n'étaient jamais belles, souvent publicitaires donc, mais elle rendaient de grands services en désennuyant les enfants à l'arrière de voitures dont le conducteur était principalement préoccupé par sa moyenne, et la femme du conducteur le diplomate dans cette voiture qui négociait les arrêts pour les enfants.

 

 

 

 

 

23 janvier 2007, les images de la série la Vie sont désormais plus larges, elles font 800 pixels de large ce qui devrait permettre une meilleure lecture des détails de chaque image.

 

 

5 mai 2007: parce qu'il n'y a pas le choix.

6 mai 2007: consternation sans fin.

 

6 mai 2007: il faut désormais montrer patte blanche pour rentrer dans le site. Précision: non que le webmaster du désordre se réjouissait à l'idée de voter pour Ségolène Royal, il trouve en revanche inexcusable d'avoir voté pour Sarkozy.

 

 

 

7 mai 2007: tentative immédiate de garder le chronique de l'infamie extreme_droite.txt..Et dès le deuxième jour, c'est l'écoeurement

 

 

 

21/09/2007: la surexposition médiatique est immédiate, relevé systémtqieu de toutes ses couches, Surexposé.

 

 

25/06/2008: une mésaventure douloureuse (le vol de mon appareil-photo dans le train) devient l'occasion remarquable de réaliser le popularité du site grâce à la générosité des visiteurs, trois semaines après le vol, j'étais de nouveau en mesure de m'équiper. Merci.

 

 

premier septembre 2008: participation au projet publie.net, pour la partie graphique. Saison 2

 

 

28 février 2009: protestation contre la loi HADOPI aux côté de la Quadature du Net

 

 

30 mars 2009: petit reportage à propos de l'inauguration de la bibliothèque Abdelmalek Sayad au Musée de l'Immigration (publié en page index, black-out oblige)

 

 

23 mai 2009: nouvelle page d'accueil du désordre

 

 

18 janvier 2010: sortie du numéro 109 de Manière de Voir, Internet, révolution culturelle

 

 

29 septembre 2010, stage de Lussas, animation grâce à Ursula, journal de la formation tenu sous la forme Ursula

 

 

Décembre 2010: Formes d'une guerre, avec François Bon, Dominique Pifarély et Michele Rabbia. Images du spectacle reprises dans un sous-site, notes de travail façon Ursula, et photographies du spectacle par Virginie Crouail et Philippe De Jonckheere

 

 

 

Premier janvier 2011: ouverture de Fourbi.net, espace de brocante et de vente d'articles en provenance du Désordre et du Terrier

 

 

Début 2011, je devais penser que ce n'était pas assez désordre comme cela, et donc pourqui est-ce que les vignettes de la page d'accueil devraient absolument être dans le bon sens? Ben pour aucune bonne raison, c'est tellement une question de bon sens. En 2016 cette page d'accueil est toujours la pour son principe de construction aléatoire, elle s'enrichit de chaque nouvel ajout dans le site et, beauté de la chose, elle donne, en fait, accès à la presque totalité du site, ses 289 450 fichiers, répartis dans ses 10192 dossiers, quand je pense qu'il y en a pour insinuer que ce site est mal conçu, quel autre site de presque 300.00 fichiers donne accès à la presque totalité de son site depuis sa seule page d'accueil?

 

 

Mai 2011: L'image enregistrée sera pour moi l'occasion d'apprendre à travailler avec des éléments sonores, ce qui reste encore problématique, les inclure, ça va encore bien pour le quart d'heure, c'est les produire qui n'est pas de la tarte. C'est fou tout ce que j'aurais pu apprendre à faire en travaillant à ce site internet.

 

 

 

31 juillet 2011: les Cartes postales catalanes. Première série de ce genre, des cartes postales envoyées à des amis depuis la Catalogne et Barcelone en particulier et que les visiteurs du Désordre peuvent également envoyer à leurs amis.

 

 

Décembre 2011: Formes d'une guerre, le seul spectacle avec vidéprojection codée en html, on ne se refait pas. Formes d'une guerre, c'est Dominique Pifarély (violon traitement numérique du son), Michele Rabbia (percussions, traitement numérique du son), François Bon (texte, chant) et moi-même (vidéo-projection donc, en html, donc). Le spectacle à Lyon, sa partition.

 

 

2012 sera et restera pour le Désordre une année particulièrement active, nous jouons Formes d'une Guerre une dernière fois à Louvain la Neuve en Belgique, Robert Frank dans les lignes de sa main sort chez publie.net papier et je passe même à la radio sous les fourches très amicalement caudines de Marie Richeux dans C'est pas la peine de crier. De même en fin d'année, je mets la dernière main à L'immuable en question. C'est aussi la fin de la récréation. On va le voir. En fin d'année, en pleine fin du monde inca, litéralement au sommet de mon art, j'en ferais voir de toutes les couleurs aux étudiants de l'École Supérieure d'Art des Pyrénées Pau-Tarbes.

 

 

2012 - 2013 - 2014: les années Contre. Ça ne rigole pas de trop, je suis maintenu prisonnier à mon corps défendant dans un open space dont on ne s'échappe pas comme cela, si ce n'est pas le biais de la fiction, c'est la série Contre, qui sera, le temps d'un soir, à la médiathèque de Suresnes avec Dominique Pifarély au violon et traitement numérique du son et François Bon, récitant, un spectacle. Le dernier du genre dont la vidéo projection est codé en html.

 

 

 

2013: enfin je parviens à achever Philippe, mon premier film d'animation sur une musique d'Élémarsons seule formation conue à ce jour de punk méticuleux. Je jure de ne jamais plus recommencer tant c'est du travail, promesse que je vais oublier rapidement. On va le voir.

 

 

Décembre 2013: cela fait neuf ans que je tiens cette rubrique du quotidien photographique, à raison d'une image par jour. C'est l'occasion de présenter un collage aléatoire de neuf images, une prise chaque année. Rafraichissement de l'écran à volonté, il y 365x364x363x362x361x360x359x358x357 combinaisons possibles, soit 1,041033817710803e23 poèmes visuels, enfoncé le père Queneau.

 

 

2013 - 2014 -2015: la rubrique de la Vie devient, pendant trois ans une avalanche aléatoire d'images, placement aléatoire des images, choix des images aléatoires, et opacité aléatoire des images, nombre invraisemable de possibilités, ce ne sont même plus des nombres gogols de combinaisons, mais des nombres gogolplex de combinaisons, une sorte de revanche d'un ex-cancre contre ses anciens professeurs de mathématiques.

 

 

 

2014: C'est l'année d'Ursula, une vaste base de données patiemment collectées pendant l'année 2014 et présentées en mode Ursula. C'est quasiment une tentative d'évasion du Désordre, une tentative échouée. Désordre pas mort. Pas encore

 

 

2014: C'est l'un des grands privilèges du Désordre, quand je peux proposer mes ressources et mettre en page des oeuvres dont les auteurs ne se rendent même pas compte qu'elles ont toujours été conçues pour être accouchées en html. C'est le cas, ô combien, du recueil Grille de lecture de mon ami Daniel Van De Velde, une féérie de poésie visuelle.

 

 

 

 

2014-2015: le Jour des Innocents, sans doute un des plus beaux fruits d'Ursula. Le récit des cinquante premières années de ma vie.

 

 

 

2015: Février, le journal d'une année aux journées qui n'en finiraient jamais, chaque journée contenant son récit en trois paragraphes, un triptyque photographique, un enregistrement sonore, un film, parfois même en animation et toutes sortes d'autres images et d'autres éléments. La matériel a fini par lâcher, d'abord l'appareil-photo, puis l'enregistreur sonore et enfin Guy, mon ordinateur s'appelle Guy.

 

 

 

 

Novembre 2015:les Sillons, au Désordre, on vous donne l'heure, à notre façon. Un prodige de programmation que l'on doit naturellement à Julien.


Retour à la page d'accueil ( celle de maintenant ) si d'aventure ces menus bonds dans le temps vous avaient égaré.

 

 

 

... à suivre