DesordreWiki

DescriptionMinutieuseDeLaBibliothequeEtDeLaChaine

PagePrincipale :: DerniersChangements :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-18-232-55-175.compute-1.amazonaws.com



Le meuble qui contient la musique est un parallélépipède d'un mètre quatre-vingt onze de hauteur, de 51,3 centimètres de profondeur et d'un mètre vingt de large. Ce meuble est fabriqué dans du médium, matériau peu gracieux, qui offre cependant l'avantage de présenter des champs aussi propres que sont les coupes. En revanche à travailler c'est une horreur, le passage de chaque outil dans ce matériau occasionnant une poussière fine considérable. Le meuble est divisé en deux parties égales dans sa largeur et sept parties de hauteur différentes. Les deux premières hauteurs en partant du bas accueille donc quatre casiers de taille identique dans lesquels viennent se loger pour les deux casiers de gauche, deux larges rangées de disques trente-trois tours un tiers, un seul de ces disques est légèrement tiré et un amateur de jazz pourrait reconnaître la pochette de Something else d'Ornette Coleman. Les deux autres casiers, ceux de droite accueillent eux l'équipement stéréophonique à proprement parler, dans le casier du bas on trouve une platine de disques vynils de marque Technics qui, lorsqu'elle tourne, éclaire le tour de la platine d'une lumière orangée qui se reflétant sur de petits ergots espacés régulièrement, par effet de stroboscopie, permet le réglage très précis de la vitesse de rotation, dans le cas présent le bouton qui permet d'affiner ce réglage est inopérant et il semble donc que la platine tourne un poil trop vite, de manière incurable. Cette platine, comme trois autres éléments rangés dans le casier supérieur, est reliée donc à un amplificateur de marque ARCAM sur lequel sont posés, l'un au dessus de l'autre, un lecteur de CD et un tuner, tous les deux de marque ARCAM également, et enfin un petit mini-disc de marque SONY. A côté du mini-disc est posée la boîte vide du CD de Gerry Mulligan avec Paul Desmond, CD qui se trouve dans le lecteur éteint. Les hauteurs suivantes sont comblées par des casiers qui arrivent au ras des étagères et qui contiennent chacun une trentaine de CDs, ces casiers sont amovibles et lorsqu'on les tire à soi ils libèrent la profondeur complète du meuble, au fond de ces logements cachés sont rangés d'autres CDs, pour la plus grande majorité d'entre eux, des disques gravés pour avoir été empruntés à la bibliothèque municipale de Fontenay ou simplement prêtés par des amis au premier rang desquels, Pascal, l'ami menuisier qui a construit ce meuble, d'autres casiers libèrent l'accès à des boîtes de minidisk, ceux-là ont été enregistrés avant que ne soit acquis un graveur de CDs, en l'absence duquel il faut reconnaître que la facilité de connexion et de déconnection du petit appareil sur toutes le chaînes permet de se comporter en coucou chez ses amis et de copier leurs disques sans avoir à les emprunter. C'est d'ailleurs de cette façon qu'ont été enregistrés, pour ainsi dire, tous les minidisks rangés donc derrière les casiers amovibles. De même avant l'acquisition du minidisk, de nombreuses cassettes ont été enregistrées de CDs empruntés à la médiathèque Marguerite Durand, du XIIIème arrondissement de Paris, rue de Tolbiac. Ces casettes sont également rangées dans le fond des étagères que cachent les casiers amovibles. Une nouvelle hauteur aurait permis de ranger quelques livres, elle accueille finalement une nouvelle rangée de CDs, de même que le fait de ce meuble, qui, lui aussi, supporte une nouvelle rangée de CDs. Partant du meuble, discrètement, deux câbles doubles relient l'amplificateur aux enceintes de marque AE, placées un bon mètre, de part et d'autre, devant le meuble. Sur le côté du meuble une chaise en bois au dessin qui rappelle les sièges romains, dessinée et fabriquée, comme le meuble, par Pascal, l'ami menuisier, lui aussi jazz aficionado, cette chaise reçoit, elle aussi donc, deux piles de Cds d'une hauteur de quarante centimètres chacune. L'équilibre de cet ensemble paraît précaire. L'extrême majorité des Cds — et des disques vynils, de même que des minidisks et des cassettes contient du jazz. Tandis que nous nous sommes appliqués à décrire ce meuble le tuner est allumé et réglé sur la station FIP, 105.1, il est 19H50, Charlie Parker au saxophone alto, dont on apprend, ce 12 mars 2005, que nous célébrons — la présentatrice a employé le verbe fêter qui décidément ne convient pas — le cinquantième anniversaire du décès. L'émission est en train de s'enregistrer sur le minidisk. Le volume est assez fort. Nous sommes à table.
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]