Vendredi Enfin tu regardes l’herbe



Enfin tu regardes l’herbe de Fred Griot / Eric Groleau / Dani Bouillar. Je suis un peu trop proche de ce projet, de ses enjeux et de ses émotions pour en dire quoi que ce soit de très neutre, voire d’intelligent, faites vous votre propre idée et soutenez si le coeur vous en dit.
 

Mardi Les Topographies de la méduse



Peinture d’Olivia Rosa-Blondel


Les Topographies de la méduse, exposition collective (Olivia Rosa-Blondel, L.L. de Mars, François Ely, Gilles Magnin, Anne Pellegrini et Philippe De Jonckheere à la galerie De Natura Rerum en Arles, jusqu’au 30 avril.

 

Lundi Février



Je rentre dans les dernières centaines de pages de la lecture du Dossier M. De Grégoire Bouillier, ébloui, littéralement, un peu de coq à lune pour se mettre en jambe, un peu de punaise de février, L’Image enregistrée, Les Images de l’accumulateur, qu’est-ce qu’un soubassophne me demande-t-elle, un soubassophone c’est ça lui répondis-je, fancy a cup of coffee with your lasagnas ? Et si je mettais bout à bout toutes mes vidéos du mois de janvier ? Les facéties de Zoé, la bonne trogne d’Emile, Eve Risser / Benjamin Duboc / Edward Perraud, Ervan Parker & Tyshawn Sorey, jouer du chaudron sur ressort, un art que je maîtrise encore mal, le temple de Janus, des huîtres ? Mais nous ne sommes pas lundi Martin, quand mes deux ordinateurs sont côte à côte c’est souvent qu’ils échangent à propos de Robert Frank pour l’un et d’Andreï Tarkovski pour l’autre, l’atelier d’Oana Munteanu, celui de Martin, toi aussi apprends à colorier en suivant les modèles de Diego, En Formation de Julien Meunier et Sébastien en cours de montage, Sylvain Lemêtre & Benjamin Flament, où je découvre, incrédule que c’est Grégoire Bouillier qui est l’auteur du mail de rupture de Sophie Calle, un tremblement de terre m’aurait fait moins d’effet (ceci dit je n’ai jamais vu de tremblement de terre), Marcel Solide m’a composé un très beau morceau de musique pour le mois de novembre de Clignements, retour dans le garage, l’appareil-photo est réparé, mais je ne fais plus de photos, Sylvain Lemêtre & Raphaël Thierry, et je n’aime pas les dimanches matins de semaine impaire parce qu’il n’y a pas de nouveau film de la série de L’Abécédaire des prépositions de Pierre Ménard, une jeune femme de ma connaissance souffle ses vingt bougies, je pourrais m’évanouir, Daphné Bitchatch à Angle-d’art-allez-y-voir, The Favorite de Yorgos Lanthimos, le Red Desert Orchestra, j’ai retrouvé le carnet de croquis dans lequel Emile et moi dessinions tous les soirs quand tout n’allait pas si bien, Canine de Yorgos Lanthimos, La Liberté de Guillaume Massart, une pensée pour Dominique, la grande galerie de l’évolution en compagnie d’Emile, thé à la mosquée, My Beautiful Boy de Félix Van Groeningen, mon économiseur d’écran affiche de belles photographies de Robert Frank, les Caroline déchirent, Sarah Murcia déchire (surtout quand elle chante L’Anarchie au Royaume Uni)

le mois de Février

 

Vendredi Janvier



Une part de framboisier offerte par Claes Oldenburg, mon fils Nathan, un petit film d’il y a déjà quelques étés, en janvier toujours un regard en arrière vers l’année tout juste écoulée, Andreï Roublev de Tarkovski comme fond d’écran, Asako I&II de Ryusuke Hamaguchi (que j’ai adoré), Wildlife de Paul Dans (que j’ai détesté), Maya de Mia Hansen-Love qui m’aura laissé très en colère, Extreme Night Fever, du cirque très rock’n’roll, aidez-nous à retrouver Jean-Claude, Grass de Hong Song-Soo (dont je suis fan jusqu’à la bêtise), des corrections de Le Rapport sexuel existe, en veux-tu en voilà, une partie d’échecs immortelle sur l’échiquier de poche de Marcel Duchamp (des fois on vous gâte dans le Désordre), Sophie Agnel et Nina Garcia aux Instants, une demi-heure de bonheur (des fois on vous gâte vraiment dans le Désordre), In My Room d’Ulrich Köhler, film presque parfait, mes disques de Albert Ayler à Zappa (début d’un autoportrait un peu privé), de la bande dessinée expérimentale sur les murs de Fontenay, une nouvelle balise dans la boîte à outils du Désordre, Matinée de Joe Dante, Les Confins du monde de Guillaume Nicloux, "Il paraît que cette chanson est à propos des migrants, je pensais l’avoir écrite pour mes voisins », Sourdure à La Dynamo, Cameleo Vulgaris à La Dynamo, as well des basses encore des basses toujours des basses, très peu de médiums, pas d’aigus, pour amateurs seulement, Christine Delphy m’aura ravi toute la semaine sur France Culture, Pascal Battus et Fred Marty aux Instants, Les Lieux d’une ruse de Georges Perec, dans Penser/classer pour un ami, Louis Sclavis invite Magic Malik et ça claque la chatte, Habka qui joue au bas de chez moi (ça y est je suis mort et je suis au paradis des Phil, c’est ça ?), Lindy Lou, jurée #2 de Florent Vassault, l’envers (réaliste) du décor de Twelve Angry Men de Sidney Lumet, The Rider de Chloé Zhaou, western chinois (dans le sens où c’est assez complexe), des traces accidentelles de Joan Mitchell, L’Ordre des médecins épouvantable mélo, bien coupable, Gegenlight de Dominique Pifarély, Jonas Mekas est mort hier, une très belle oeuvre de Peter Tscherkassky que je retrouve par sérendipidité, le premier jet pour l’affiche de L’Etreinte à Louvain la Neuve, ce qu’il me reste d’un cours de perspective de première année des Arts Déco, la très belle exposition de Patrick New à l’abbaye de Maubuisson, une tarte à la citrouille de B., un peu de récursivité ne peut pas faire de mal, l’urne qu’Isa a céramiquée pour moi, pour plus tard, en 2065, un de ces nombreux extraits du Dossier M. de Grégoire Bouillier qui fait se hérisser les poils de mes bras, il paraît qu’on n’a pas le droit de jouer avec l’image du gamin président, il paraît, il n’est pas beau (et coloré) le mois de janvier ?

 

Mardi Il paraît



Il paraît que cette images est interdite, il paraît.
 

Mardi Décembre



Un extrait de Ja de Thomas Bernhard, un extrait de Barbe bleue de Georges Mélies, Shoot de Chris Burden, le Rosebud d’Orson Welles, les grands boulevards à Paris filmés depuis un bus en 1913, L’Etreinte d’Adrien Genoudet, Hard Eight de Paul Thomas Anderson, Le Temps des arbres de François-Xavier Drouet, Perdre le Nord avec Hamsih Fulton, un piano qui prend cher, L’Insoutenable Effervescence du fantôme de JLG, Premières Solitudes de Claire Simon, les vingt ans de L’Atelier du Tampon, le fameux mouvement de zoom dans l’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville tel qu’il est décrit et décortiqué par Grégoire Bouillier dans Le Dossier M., L’Esprit de la ruche de Victor Erice, Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Éric Métayer, Théo Girard et Les Pensées rotatives, Nina dans le Désordre, Eve Risser et Naïny Diabeté, Orsay contre le PUC, Sarah Murcia joue My Favorite Things, la visite des expositions d’Egon Schiele, Jean-Michel Basquiat et Tomas Saraceno, de la musique, Leto de Kirill Serebrennikov, dont je ne pense pas grand-chose, Shimmer Lake d’Oren Uziel dont je pense le plus grand bien, Une Affaire de famille de Hirokazu Kore-eda qui m’a fait pleurer de bonheur, une collaboration avec B., céramiste, Pupille de Jeanne Herry dont je pense le plus grand mal et un banquet végétarien, préparé par Zoé et moi, avant qu’il ne soit dévoré par personnes qui mangent de la viande.

Un mois de décembre 2018, bien rempli. La Vie, quoi.
 

Mercredi My Favorite Favorite Things





Tandis que Sarah et moi sucions des anguilles japonaises à une terrasse parisienne ensoleillée du mois de juin, chantonnant l’air de I Remember April in Paris, riant de concert à notre bonheur simple, sucer des anguilles parisiennes à une terrasse japonaise ensoleillée en juin, presque en avril, le téléphone de poche de Sarah vibra pour lui apporter une nouvelle tant attendue et heureuse, le genre de trucs top secrets dont elle ne devait parler à personne, pas même moi (surtout pas) avec qui elle suçait des anguilles de juin : on lui proposait en effet d’écrire une douzaine d’interprétations différentes d’un thème éculé, My Favorite Things, elle pouvait choisir chanteurs, chanteuses, musiciennes, musiciens, et traducteur japonais. Sarah avait l’air assez jouasse pour ne rien vous cacher, et si elle avait perdu toute contenance elle aurait volontiers repris des anguilles de terrasse. Il faisait beau. Nous étions à une terrasse de restaurant, un de nos endroits préférés, qui servait notre plat préféré, des anguilles de Paris à la japonaise, et m’est venue en tête la première phrase d’un texte « Mon My favorite things préféré c’est celui de Coltrane ». Mais je n’ai rien dit. Mais cette phrase, une petite heure plus tard, dans le métropolitain, je l’ai notée sur mon calepin, qui fait aussi office de téléphone de poche. Et le soir-même j’ouvrais un fichier de bloc-notes et je notais la suite de cette phrase restée en suspens, deux points ouvrez les guillemets : « … l’époque Atlantic, le moment même de la bascule ― j’aime les moments de bascule, ce sont ceux-là que je préfère, quand cela ne peut plus jamais être la même chose par la suite, qu’on ne peut plus faire comme avant, et après, même longtemps après, comprendre que c’est à tel ou tel moment que s’est faite la bascule, et pour Coltrane c’est à ce moment-là, un peu au moment où justement il essaye de nouvelles choses, notamment au soprano et, juste après, il bascule dans la période Impulse !, il change de galaxie, et j’aime assez quand on change de galaxie ―, dans mes choses vraiment préférées, il y a une odeur disparue, celle de ma fille Sarah bébé … » Et, à vrai dire, j’étais un peu lancé. Il me faut peu de choses des fois.

Ce qui est amusant c’est que trois ou quatre jours plus tard je suis allé écouter Sarah (qui ignorait tout de cette manière un peu curieuse avec laquelle j’avais occupé mes derniers jours, à savoir : écrire une liste désordonnée des choses que je préfère dans la vie, des anguilles au chiffre 5 de Jasper Johns, en passant par le pélardon et d’autres trucs encore), en concert, avec le sextet de Sylvain Cathala (dans lequel joue Michel Foucault à la guitare) et comme je croisais Sarah avant qu’elle n’entre en scène, je lui confiais une enveloppe de papier kraft dans laquelle j’avais imprimé en hâte mon premier jet de ce qui était devenu My Favorite Favorite Things, tout en lui recommandant, prudemment, de n’ouvrir cette enveloppe que plus tard, quand elle serait rentrée chez elle, le soir, à tête reposée, comme on dit, comme si Sarah se reposait beaucoup la tête. Pendant ce temps-là je prenais place dans la salle de concert et mon téléphone de poche a vibré, c’était un message de Sarah, depuis les coulisses, qui n’avait pas pu s’empêcher de regarder le contenu de l’enveloppe, les cinquante pages de choses que je préfère dans la vie, dont le My Favorite Things de Coltrane, boire mon café devant la vallée de la Cèze dans les Cévennes, et Le Dossier M. de Grégoire Bouillier que je n’avais pas encore commencé à le lire.

Alors vous dire ce que je pense du film My Favorite Things que Sarah a fait avec Paul Ouazan, ce serait une exercice périlleux tant j’ai pu voir comment cela agitait de l’intérieur Sarah. Cela m’amusait d’ailleurs pas mal, je me suis dit virgule, elle est comme moi quand je suis en train d’écrire un roman, je suis incapable d’avoir un autre sujet de conversation qu’à propos du récit que je suis en train d’écrire. N’empêche douze interprétations d’un thème aussi ingrat en somme, fallait le faire, fallait les écrire, fallait le jouer, l’enregistrer et le filmer et le monter. Et elle l’a fait. Et il l’a fait. Et ils et elles l’ont fait.

D’ailleurs c’est

Sans vouloir divulgâcher le My Favorite Things de Sarah et Paul, à la fin il y a une petite fille qui saute à la corde de joie (et de fierté), je crois que c’est la première fois que je m’identifie à une petite fille qui saute à la corde, on peut rêver non ? Et oublier qu’on a mal aux genoux. D’ailleurs ma convalescence suite à mon opération de prothèse de genou n’a été que bonheur, calme et volupté en tissant tous les liens hypertextes de cette version en ligne de My Favorite Favorite Things, on a les loisirs qu’on peut et moi, ce que je préfère faire dans la vie, dans toute la vie, c’est faire de l’html. Point.

Et pour tout avouer, en bon aficionado de Coltrane j’ignorais absolument tout que My Favorite Things fût une chanson dont les paroles sont une liste de choses que leurs auteurs, Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II.

Raindrops on roses
And whiskers on kittens
Bright copper kettles and warm woolen mittens
Brown paper packages tied up with strings
These are a few of my favorite things
Cream-colored ponies and crisp apple strudels
Doorbells and sleigh bells
And schnitzel with noodles
Wild geese that fly with the moon on their wings
These are a few of my favorite things
Girls in white dresses with blue satin sashes
Snowflakes that stay on my nose and eyelashes
Silver-white winters that melt into springs
These are a few of my favorite things
When the dog bites
When the bee stings
When I’m feeling sad
I simply remember my favorite things
And then I don’t feel so bad
Raindrops on roses and whiskers on kittens
Bright copper kettles and warm woolen mittens
Brown paper…


Les gouttes de pluie sur des roses
Et les moustaches de chat
Les bouilloires en cuivre brillant
Et des mitaines en laine chaude
Les emballages de carton ramassés avec de la ficelle
Ce sont mes choses préférées

Les robes crème des poneys
Et des strudels aux pommes croustillantes
Les sonnettes et les grelots
Et les escalopes pânées avec des nouilles
Ce sont mes choses préférées.

Les oies sauvages volant la Lune sur leurs ailes
Les filles en robes blanches et rubans de satin bleu
Les flocons qui collent au nez et aux cils
Les hivers blanc argent qui se fondent dans le printemps
Ce sont mes choses préférées.

Quand le chien mord,
Quand l’abeille pique,
Quand je suis triste,
Je me souviens de mes choses préférées,
Et je ne me sens pas si mal

`
Du coup, sans même connaître l’existence de ces paroles, il semble que j’avais vu juste dans leurs intentions en écrivant My Favorite Favorite Things.

Chargement de la suite
Le bloc-notes du désordre