Vendredi La fin de La Vie



C’est la fin de la Vie.

Dit comme ça, c’est sûr, ce n’est pas très réjouissant.

Je viens de mettre péniblement à jour cette rubrique et tenter de la mener au moins jusqu’à un terme naturel, celui de la fin de l’année 2012, finir sur une ambiance de fête, celle du dernier réveillon. Et cela fera dix ans tout juste que je travaille à cette série de collages quotidiens, seules les années 2003 et 2004 sont incomplètes. On peut dire que j’ai eu l’intuition de cette série dès que j’ai disposé d’un appareil-photo numérique digne de ce nom, le Nikon coolpix 5000, appareil remarquable qui tenait dans les grosses poches de mon manteau, que j’ai emporté partout avec moi, et qui de fait, aura, pour un appareil-photo numérique, très bien résisté à cette utilisation davantage attendue d’un robuste boîtier 24X36 argentique. C’est pendant l’été 2006 qu’il a rendu l’âme et a donc été remplacé par le merveilleux Nikon D200, de cette date on peut dire que la bascule dans le numérique a été irréversible pour moi.

Je pourrais, j’imagine, continuer à mettre en ligne les collages de la Vie. Après tout je continue de prendre des photographies absolument tous les jours, parfois une seule de toute la journée, pas forcément très réussie d’ailleurs, et d’autres fois ce sont davantage des centaines d’images dans la même journée. La matière première est donc encore là, le gisement n’est pas épuisé. En revanche si je poursuivais cette mise en ligne même de façon pas très assidue, cela se ferait au détriment du reste.

Je m’explique.

Quelques revirements personnels l’année dernière ont condamné un mode de vie dans lequel le temps libre était une denrée nombreuse, richesse sur laquelle je pouvais m’appuyer pour bâtir et y être ambitieux. Mon travail alimentaire ne m’occupait que les week ends, le reste du temps était grandement dépensé à s’occuper des enfants, mais quand ces derniers étaient à l’école, je disposais de temps à passer dans le garage pour régner sur mon petit empire. Ce n’est plus le cas, je travaille désormais comme tout le monde, pendant que les enfants sont à l’école, bref le temps libre a disparu, c’est la Tyrannie de la réalité en somme. Les semaines commencent tous les lundis à 6 heures et se terminent le dimanche vers minuit.

Il faut donc réduire la voilure.

Il y a deux ans j’ai mis un terme à l’expérience du Bloc-notes du désordre dans sa pratique quotidienne, j’ai maintenu l’espace de publication qui me permet désormais de signaler les nouveaux contenus du site autrement invisibles ou presque. Je m’en suis expliqué, je n’y reviens pas. Les bienfaits de cet arrêt ont été très nombreux pour moi, comme je l’avais identifié, le Bloc-notes était devenu davantage une contrainte que l’espace de création ouvert auquel j’aspirais. Cela m’a permis de travailler à des projets plus riches de mon point de vue et davantage inscrits dans le long terme, citons par exemple, Philippe le petit court métrage d’animation dont la durée de réalisation s’est étendue sur une année entière. Ou encore l’Immuable en question, de façon plus récente. J’y trouve davantage mon plaisir.

Jusqu’ici je maintenais encore deux autres rubriques verticales, la Vie et l’image enregistrée. L’effort n’était pas le même, l’astreinte moindre, et l’un comme l’autre ces deux espaces étaient l’occasion pour moi de faire des brouillons, ainsi la Vie a été le point de départ de toute une série de travaux photographiques que j’ai décidé de regrouper en un endroit que je rendrais bientôt public, une série intitulée Hommage à Cartier-Bresson. Et l’Image enregistrée a été le carnet de croquis de l’Immuable en question.

Mais pour ces deux expériences d’empilement des données, je suis arrivé au bout de ce que j’étais capable de produire, la répétition et le ressassement sont désormais à craindre dans les deux rubriques. S’ils n’ont pas déjà commencé.

Tout comme pour la fin du Bloc-botes du Désordre, je souhaite revenir au coeur du travail, et le coeur c’est encore et une fois de plus le site en lui-même. Sa construction. Et la possibilité de nouvelles galeries, dans de nouvelles directions, du moins c’est l’idée.

Une des nouvelles directions du travail sur le site serait les pages spectacles, celles de Formes d’une Guerre ou celle de Contre ou encore d’autres projets plus secrets notamment avec Dominique. Il n’est pourtant pas exclu que je sois contraint pour la fluidité des projections en spectacle de passer à un outil qui ne sera plus soutenu par le langage html. En dépit de trouvailles admirables de Julien pour rendre l’apparition et le cheminement des images dans une page html de plus en plus interactif et direct dans la manipulation (pianotez sur les lettres de votre clavier, juste pour voir). Chantier donc dont il est difficile de parler ici. Travaux en cours. J’y reviendrai peut-être. Ne serait-ce que pour avoir un vrai retour sous la forme Ursula du spectacle de Contre à Suresnes.

La construction maintenant. Ces derniers temps Julien m’a confectionné de nouveaux outils, notamment "l’avalanche" avec laquelle je voudrais expérimenter dans des directions différentes. Et d’ailleurs l’une d’elles sera peut-être l’occasion de reprendre la logique de flux d’images qui était celle de la Vie, mais d’une façon qui serait plus dynamique et qui ferait une plus grande part au hasard, dans l’espoir d’obtenir des formes neuves. Nous verrons.

Il n’empêche, ce recentrement ne peut pas cacher indéfiniment un fait avéré, le Désordre est sur le déclin.

Sa progression et sa croissance ne sont plus assurées, son auteur ne sera bientôt plus à même de lui insuffler la vie, sans laquelle le site risque surtout de devenir une oeuvre morte. En plus de me donner du souci, de m’attrister, cela me donne un devoir, celui de clore et de conclure peut-être pas définitivement mais au moins de donner à l’ensemble une forme raffermie par rapport à l’esquisse des possibles que le site pouvait être tant qu’il était changeant et mouvant.

Evidemment, je préférerais, de loin, qu’il n’en soit pas ainsi. Qu’il me soit encore donné les énergies, les ressources et le temps nécessaires à la vie du site, parce que je ne pense pas que j’en ai tout à fait fini de me débattre avec les possibilités de cette affaire, de la grande affaire de ma vie, celle que l’on peut écrire en langue html. Je suis en train d’écrire au Ministère de la Culture, à ce sujet. Sans rire.

Je ne peux plus faire semblant de ne pas entendre ce que l’on me dit à propos du site. Qu’il compte. Qu’il est unique (je pense que nous ne devons pas être nombreux à travailler au même site internet depuis presque quinze ans, rien que cela sert de très efficace bouclier contre le plagiat, en écoeurant les véléités de ces peigne-culs à la petite semaine — vous n’imaginiez tout de même que j’allais écrire un si long article du Bloc-notes du désordre sans le mot peigne-cul ?). Et qu’à certains égards il fait partie du patrimoine, je ne sais pas de quel patrimoine exactement, mais rien ne prouve que les choses iraient mieux dans le monde s’il n’y avait pas le Désordre. Finalement c’est une responsabilité qui m’incombe au premier chef. Je vais tâcher d’y faire face, par moi-même ou avec une aide bienveillante. Que je vais solliciter.

Je suis finalement l’héritier de moi-même, toutes proportions mal gardées je suis contraint d’entamer des démarches comparables à celles que les héritiers d’auteurs et d’artistes du patrimoine font pour la préservation des oeuvres dont ils sont les dépositaires.

Je sens bien que cela ne va pas être une mince aventure. Imaginez un peu les chances de réussite d’une telle entreprise auprès du Ministère, de n’importe quelle institution, demander la sauvegarde d’une oeuvre qui vaut surtout si elle est vivante, je vais avoir un mal de chien à leur expliquer ce genre de choses, dont je ne suis pas certrain de les comprendre moi-même entièrement. D’ailleurs je me demande si je ne devrais pas me tourner vers les visiteurs du Désordre. Des plus anciens, j’en connais quand même quelques-uns, aux plus récents. Leur, vous demander de prendre le temps de décrire l’expérience qui est la votre du Désordre. Parce que bien sûr je pourrais exceptionnellement mettre mon nez dans les statistiques du site, tenter d’en extraire quelques figures comptables et dire les centaines que vous êtes peut-être, ça sera terriblement froid et je n’ai jamais pensé, à aucun d’entre vous, comme à une unité dans une feuille de calcul, un schéma, un camembert, je ne vais pas commencer à le faire. Proposons au contraire une approche qualitative.

Tout à l’heure je vous parlais de mon très beau Nikon D200. Nombreux d’entre vous se souviennent sans doute qu’il m’a été volé dans le train entre Paris et Clermont, en juin 2008. A l’invitation de François Bon qui avait organisé la révolte j’avais fait passer le chapeau pour redonner à la chronique de la Vie la possibilité de reprendre. En l’espace de deux ou trois semaines cinquante-sept personnes s’étaient fendu de petites et de grandes sommes pour me permettre l’achat d’un nouveau boîtier numérique. Pour tout vous dire, je n’ai jamais été aussi touché qu’à ce moment-là. Mon ami L.L. de Mars avait d’ailleurs diagnostiqué que le vol de cet appareil-photo avait été la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée. C’est bien de lui de voir les choses sous ce genre d’angle impossible.

Alors aujourd’hui, je ne vous demande pas d’argent, j’aimerais que vous ouvriez votre traitement de texte et que vous tentiez de décrire le Désordre, votre Désordre, et vous vous doutez bien que je serai ravi de vous entendre râler, que vous trouvez le site mal foutu, que vous ne trouvez jamais ce que vous cherchez, que sur Cartier-Bresson j’exagère, que sais-je, toutes les démangeaisons que j’ai pu occasionner en une douzaine d’années. Je voudrais regrouper tous les textes en une page, nécessairement un peu brouillonne, on ne se refait pas, et tenter de trouver une issue un peu moins triste à ce qui pourrait ressembler à une agonie avérée du Désordre (si vous préférez rester anonyme, dites-le, bien sûr, no question asked). L’adresse mail est ici, gardez à l’esprit tout de même, c’est moi qui vous demande une chose pareille !, que c’est pour un dossier en direction d’institutions.

Attention hein !, je ne cherche pas à faire peur à quiconque, à désoler qui que ce soit, je ferai en sorte que le Désordre soit en ligne aussi longtemps que possible, mais il n’y a qu’à regarder la différence de richesse entre la page d’archives de 2012 et celle de 2013, pourtant bien entamée, pour comprendre que ce n’est plus la même chose. La même chose vivante.

Et pour consoler les plus tristes. Je me souviens qu’à Lussas, il y a quatre ans, un des stagiaires de mon atelier, Frédéric Rumeau à l’issue de la projection que j’avais faite du site, m’avait demandé ce qui m’empêchait de considérer mon site comme un projet sur le long terme, tel un film, mais qu’il faudrait finir un jour. Pour pouvoir commencer autre chose. Cette idée me poursuit, me hante, depuis ce matin-là.

C’est peut-être le moment. Ou pas.

Mais quand même, ça file un sacré coup de lancer la dernière synchronisation ftp du répertoire www/bloc/vie.




Dernière mise à jour de la chronique photographique de
la Vie

 

Mardi La Vie continue



La vie continue.




Nouvelle mise à jour de la chronique photographique de
la Vie

 

Lundi Contre, pour ne pas perdre la main



Seize nouvelles pages de la rubrique Contre, histoire de ne pas perdre la main.


Nouvelles pages de
Contre

Le bloc-notes du désordre