Lundi Désordre, une petite entreprise familiale



Bon, je ne suis pas juste un petit peu fier de ma grande fille Madeleine. Nous venons de finir, elle et moi, la mise en ligne de sa série de photographies du spectacle Formes d’une guerre à Louvain-la-Neuve, le premier mars 2012, avec Dominique Pifarély, François Bon et moi-même, donc.




Formes d’une guerre, à Louvain-la-Neuve, le premier mars 2012, photographies numériques de Madeleione Dejonckh dans le Désordre.

 

Dimanche Un pain bien trop blanc pour être honnête (la fin du monde)



J’ai vu la fin du monde se produire sous mes yeux. Dans une boulangerie de la place de Jaude à Clermont-Ferrand c’est là que cela s’est produit. La boulangère, quand je lui tendais la pièce de mon pain m’a prié d’insérer cette dernière dans une fente tout exprès d’un robot, le montant de ma pièce s’est affiché sur un petit écran LCD, la boulangère a alors appuyé sur une touche du robot et la monnaie qu’elle me devait est tombée dans un petit réceptacle en bout de rigole. Je sais, je dois sûrement débarquer, comme souvent. Et pourtant il me semble que l’on vient de franchir ici un pas qui est autre que symbolique, celui justement de ne plus se préoccuper de ce que c’est que d’échanger de l’argent pour du pain, ce qui, à mes yeux, fonde notre société, et d’une certaine façon l’humanité-même, dans ce qu’elle est capable de se partager les tâches, sans doute pas équitablement, pour que les uns produisent je ne sais quoi — dans mon cas ce n’est peut-être pas très glorieux, je répare des programmes informatiques la nuit, il n’empêche — pendant que d’autres font cuire le pain, ce qui permet, ton grandiloquent, que nous puissions envisager de vivre et non de survivre. C’est en tout cas, de cette façon, pas tous les jours consciente, que je dépose habituellement une pièce dans la main de ma boulangère et qu’elle me donne du pain — et qu’elle le fait tellement grâcieusement d’ailleurs quand je lui envoie Nathan avec une patience dont on m’a rapporté qu’elle était angélique — à hauteur de la valeur de cette pièce qui est passée de ma main à la sienne et le pain connaissant le chemin inverse qui va de sa main à la mienne.

Si on défait cela, c’est bien simple, on est cuit.

Et d’ailleurs, cela ne me surprend en rien, mais le pain que je viens d’acquérir de la sorte, ce pain-là n’est pas assez cuit, il est bien trop blanc pour être honnête.

Et je ne peux que vous recommander la lecture de ce billet de Monolecte dans lequel Agnès Maillard — ma camarade de Seenthis — parle très bien de plus ou moins de la même chose.

Message pour François, la petite station ANTAR de Clermont, le peu qu’il en reste, va bientôt être détruite, l’auvent a déjà été raccourci, l’urbanisation rampante qui part de la place de Jaude étendant ses tentacules jusque là.
Le bloc-notes du désordre