124545 Ces enfants-là sont un mystère épais pour moi. Je devrais dire que je les connais comme si je les avais faits et pourtant les regardant attentivement je suis de plus en plus saisi par le fait qu'ils sont parfaitement autonomes et par là-même étrangers presque de moi. Par exemple en marchant sur le trottoir ils me prennent systématiquement la main, sont-ils bien élévés !, et me voilà avec un enfant qui me tient la main!, comme par miracle, à eux rien ne semble plus naturel, pour moi c'est un effarement constant de voir notre reflet commun dans les vitrines des magasins, ou même notre ombre qui marche devant nous sur le trottoir .

Enfants

 

 

 

 

140003 A vendre Citroën Xantia HDI, 2 litres, 110 chevaux, année 1999, 97.000 kms, parfait état mécanique, intérieur impeccable, quelques rayures sur la carosserie, 8000 Euros. tel 03 44 82 29 02 . Il parait qu'Internet cela sert surtout à ça .

Voiture

 

 

 

140234 Anne partie faire des courses avec les enfants, j'en profite pour monter dare-dare travailler un peu. Sur le lit une armée de cartons destinés à recevoir les premiers livres et les premiers disques dont on peut se passer quelques temps, tandis que nous allons vivre en zone neutre, frontière entre notre maison de Puiseux-en-Bray et notre nouvelle maison de Fontenay-sous-Bois, les habitants du lieu se refusent pour le moment à faire des choix tangibles, les cartons sont vides.

Puiseux-en-Bray Fontenay-sous-Bois

 

 

 

140515 Bill Evans has rare originality and taste and the even rarer ability to make his conception of a number seem the defenitive way to play it , c'est Julian Cannonball Adderley qui le dit. Everybody digs Bill Evans, (c'est le titre du disque) I dig (c'est ce que je pense). Mais je ne m'y connais certainement pas aussi bien que Julian Cannonball Adderley, en fait, avouons-le, je n'entends rien à la musique.

Jazz

 

 

140604 Rallumer l'ordinateur du travail pour aller chercher les lignes écrites cette nuit subrepticement. Je perçois toujours comme une invasion le branchement de cet ordinateur sur ma table et des pensées paranoïaques folles me donnent à craindre qu'un logiciel d'espionnage sur le réseau traque, à mon insu, le moindre de mes agissements à partir de cet ordinateur, même quand il est branché à la maison et déconnecté de son réseau, ce qui est idiot bien sûr, mais à force de dispersion sur la toile, on finit par devenir frileux ou terriblement imprudent. Avec le matériau que j'ai coutume de mettre en ligne, on me pose souvent la question de savoir comment je vis tant d'impudeur, il ne faut pas exagérer tout de même, je n'ai encore pas décrit mon penchant pour les équipements de plongée s'agissant de l'acte sexuel, ou encore tant de potentielle indiscrétion, ce qui me ramène à la question de mon sujet, l'intime. En photographie, l'intime, ce qui faisait directement partie de mon environnement proche, relevait déjà de mon sujet, puis quand j'ai commencé à écrire, ce sujet s'est fait plus prégnant encore, davantage au centre du travail. Avec la capacité d'autopublication fournie par internet la question a pris un tour nouveau, parce que de complétement confidentiel et secret mon travail est devenu public, mais à vrai dire n'avais-je pas déjà répondu à ces questions une mauvaise fois pour toutes, c'est à dire quand déjà dans la solitude de mon atelier à Portsmouth, j'avais résolu de ne plus travailler sur d'autres sujets que ceux qui m'étaient directement à portée de main. C'est curieux mais il me semble que j'avais davantage peur dans l'atelier solitaire, peur que l'on vienne à surprendre toutes ces activités dont aucune d'ailleurs n'était illicite mais dont j'aurais eu à rougir parce que vraiment qui aurait pû penser qu'un informaticien, fût-il Français en exil, puisse se livrer à de telles lubies, des après-midis durant dans l'obscurité de sa salle de bain? Aujourd'hui il me semble que j'aurais davantage à concevoir une quelconque honte pour mon activité d'informaticien dont d'aucuns, un peu prompts dans leur jugement, argueraient qu'elle ne soit pas une profession suffisamment créative. Disons que j'ai résolu de ne pas gagner ma vie et celle de ma famille avec ce que justement j'avais le plus à coeur, précisément pour maintenir une cloison étanche entre l'objet du coeur et le pécunier. Ce que d'aucuns sont parfois rapides aussi à me reprocher c'est que l'entreprise pour laquelle je travaille n'est pas exactement une corporation d'enfants de choeur et que j'y trahirai une partie de mon âme, chapître de ma personne plus "artiste", mot que je répugne toujours à m'appliquer, parce qu'il ne me semble pas que ce soit à moi de donner valeur à mon travail et à dire ce précisément dont il est fait. Est-ce que je me trahis en rendant ma vie de bricoleur et flâneur, exempte de toute dépendance financière en choissant de travailler, un peu comme toute le monde somme toute, je veux parler de la portion socialement priviégiée des personnes ayant de fait un travail rénuméré, pour une entreprise dont je ne serai jamais maître ni de la destinée ni de la politique, et heureusement pour mes collègues, fûssent-elle bonnes ou mauvaises, parce que je n'en serai jamais qu'un modeste employé ou est-ce que je trahirais mon âme en travaillant dans une branche qui serait davantage la mienne mais dans l'exercice de laquelle je tarirai toute expression en devenir possible, en dehors de contraintes qui sont systématiquement celle de la création rénumératrice. Et bien sûr, comme en toutes choses, j'étais loin de me douter qu'une image aussi anodine que celle d'un ordinateur portable sur une table puisse m'obliger pareillement à réfléchir sur ce que potentiellement elle détient en elle de sémantique. J'exagère quand même un peu et " sémantique ", cela fait un peu savant non?

Ordinateur Emploi Débrancher-brancher Portsmouth


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 >18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33