031545 Entre temps je reçois un mail me remerciant d'avoir remercié, mail auquel je réponds par des remerciements (pas sur que je tienne les vingt-quatre heures à ce rythme-là) >"Francis, donc vous me remerciez de vous avoir remercié, > ce dont naturellement je vous remercie. Vous allez me donner > le vertige parce que je suis justement occupé à écrire à propos > de choses qui vont en boucle comme cela, je vous donne > un extrait, je n'ai pas relu, c'est littéralement ce que je suis en train > d'écrire: > > "... je me suis livré à cet exercice qui sans cesse me voit me prendre > les pieds dans le tapis à écrire ou photographier que je suis en train > d'écrire ou que je suis en train de photographier, d'ailleurs ce que > je fais surtout c'est que j'écris que je photographie et je photographie > que j'écris, à la réflexion pour photographier que je photographie > il me faudrait un second appareil-photo, je n'ai pas pensé à me > munir d'un autre appareil, suis-je distrait (pourtant je savais bien > que j'allai finir par me lancer dans ce genre de boucles, je pars donc > mal équipé en terrain récursif, mais à la réflexion n+1 pour photographier > que je me photographie photographiant pour bien faire il faudrait > donc n appareil-photo. A la rigueur je peux écrire que j'écris > et écrire que je me décris écrivant et ainsi de suite, mais quel intérêt?, > on a tous compris ce que je voulais dire." > > Amicalement > > Phil"

Mail Boucle

 

 

 

032542 Je fais une vraie pause dans tout cela, un peu édifié de tout ce que cela a pû déclencher de mots mis bout à bout et je me dis, qu'en soi, cela, le brouillon de cette journée allant de minuit à minuit, documentée dans tous ses détails, les plus insignifiants — mais de cela, de l'insignifiance, il faudrait s'interroger — pourrait bien être la matière de ces observations que je publie en ligne tous les jours ou presque, sous la forme de pages de bloc-notes électroniques, et me connectant effectivement au serveur duquel j'envoie les données de ce bloc-notes tous les soirs, je songe naturellement à cet éparpillement de soi que tout cela représente, de ce qui se note à même le clavier dans un fichier .txt et qui ensuite, d'une part rejoint le tiroir de ces observations quotidiennes de bloc-notes dans le sous-dossier 2003, tiroir lui-même situé à l'emplacement c:\Phil\Textes\bloc-notes\2003\ et puis en passant par le serveur dont je crois savoir qu'il est physiquement situé aux États-Unis, je finis par "publier" ces observations, donc, à l'espace http://www.desordre.net/blog/blog.php3 , dans cet état de brouillon, dans l'idée qu'il finira ensuite également sur le site de l'Adam Project. Cette dispersion ne me dit rien qui vaille mais je suis une fois de plus impuissant à l'endiguer.

Pause Bloc-notes Serveur Brouillon

 

 

 

 

033323 Les données sont transmises (une simple opération de copié-collé — et quand je parle de simple opération, je démontre combien je sais peu comment tout ceci fonctionne, puisque, voici quelques-uns des chemins tortueux empruntés par les données en question ) du disque dur de mon ordinateur portable vers le serveur...

Données Serveur

 

 

 

 

 

 

033432 SSSSSShhhhhhhhhhhhhhhhhhhh.

 

 

 

 

033443 Krkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkrkr


1 2 3 4 >6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33