A quoi tu penses?

Cette façon que j'ai, désormais, de prendre des photos du trajet entre Paris et Clermont-Ferrand est une façon étrange, qui tente d'imaginer, chaque fois que j'appuie sur le déclencheur, quelles seront toutes les autres images du collage auquel finira par appartenir l'image tout juste prise. Longtemps que je sais, finalement, que ce n'est pas chaque image isolée qui est importante, aucune de toutes mes photographies qui soit exceptionnelle, mais le voisinage des ces images entre elles. Ce n'est pas une réinvention du cinéma, mais cet effet de montage des images entre elles est un collage, un collage sans colle, un montage. Encore une fois ce n'est pas tant les images qui priment, mais leur flux et comment ce flux est orienté.